L'Adema-PASJ aura un candidat issu de ses rangs en 2012

Beaucoup de gens feignent d'oublier que l'Adema-PASJ a eu un parcours difficile, mais glorieux dont on ne parle pas assez. Un an à peine après sa création en 1991, ce Parti a eu la lourde charge de la reconstruction et de la gestion de l’Etat. Tout le monde se rappelle que la situation sociopolitique que ce Parti a hérité, à la sortie de la transition, était plus que critique. Pour la plupart des observateurs politiques de l’époque le l'Adema-PASJ et le Président de la République issu de ses rangs n’y arriveront pas. Les plus optimistes donnaient 6 mois avant un échec inévitable. Mais tous ces pronostics ont été démentis et l'Adema-PASJ a géré dix ans et a remis au Président élu en 2002 un pays en ordre, stable et respecté en Afrique et dans le monde. Ce résultat incontestable est bien sûr l’œuvre de toutes les maliennes et de tous les maliens, mais sous la direction politique de l’Adema-PASJ et de son premier Président, le Camarade Alpha Oumar Konaré. La réalisation de cette mission de reconstruction du pays n’a pas été sans conséquence sur le Parti qui s’est oublié. Le gros de notre savoir faire politique et de nos compétences a été happé par les missions d’Etat au détriment de ceux du Parti, qui en a souffert du point de vue de son organisation et de son fonctionnement. Mais malgré toutes les difficultés internes que ce parti a connu, il demeure aujourd’hui encore le plus présent dans le pays profond et sur tout le territoire national et à tous les élections depuis 1992, les maliennes et les maliens lui accorde majoritairement leurs suffrages. Aujourd’hui, dans l’Adema-PASJ, les structures fonctionnent de mieux en mieux, les instances du Parti et des organisations affiliées de femmes et de jeunes se tiennent sans déchirements, la discipline se réinstaure et la cohésion revient progressivement. Cependant, ce bilan de santé, dont nous sommes fières ne doit pas nous faire oublier que, comme tous les Partis politiques du pays, nous avons le défi de la recrédibilisation de l’agir politique à relever. Car aux élections présidentielles de 2002, les électeurs maliens ont préféré un candidat indépendant à ceux des partis politiques.

En ce qui concerne la candidature aux élections présidentielles de 2012, le Parti se prépare dans la sérénité et aucune campagne ne saurait nous divertir du désir profond de l'ensemble des militants et cadres d'avoir une abeille "bon teint" à Koulouba en 2012. Cette campagne qui tend à faire croire que l'Adema-PASJ n'a pas de candidat en son sein capable de remporter les élections est orchestrée par ceux qui ont peur de notre victoire et de celle des politiques. Au Mali, il y en a encore des personnes qui rêvent de la ré-édition de 2002. L'ensemble des militants et des cadres de l'Adema-PASJ leur répondent que "nous avons appris la leçon et nous ne nous ferons plus prendre. Donc ni l'actuel Premier Ministre, ni aucun autre indépendant ne sera candidat de notre Parti en 2012.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La mauvaise gouvernance est la cause première de l’insécurité généralisée et persisante dans les pays du Sahel

Discours de Monsieur Bakara DIALLO à son installation comme premier gouverneur de la Région de Gao[1] en 1961

Pourquoi et comment le Mali doit être régionalisé