Que Dieu sauve le Mali (suite)

Cheick Modibo Diarra, le Premier Ministre plein pouvoir, vient d'être démissionnée par la junte du 21 mars 2012 et mis en résidence surveillée. Ce n'est pas une surprise, car depuis plusieurs semaines tous les observateurs avisés de la scène politique savaient que sa tête était mise à prix par cela même qui ont été ses mentors. C'est une virgule que les putschistes viennent de placer dans l'écriture du "roman" de la transition mais pas encore le point final. En démocrate et républicain convaincu, je ne peux que condamner cet acte. Même si je souhaitais ce départ, la forme n'y est pas et c'est important.

Un nouvel épisode de la transition s'est ouvert avec l'arrivée de Diango Sissoko, qui n'est pas un inconnu au Mali, comme nouveau Premier Ministre. Avant de connaître la suite, cette nomination nous sors fort heureusement d'un ostracisme étrange à l'égard de tous ceux qui ont été impliqués dans la gestion au haut niveau de l'Etat depuis 20 ans.

Dans les faits, notre pays est piloté aujourd'hui par un politique à la légitimité fragilisée, un grand commis gestionnaire qui a servi l'Etat depuis plus de trente ans, à sa façon, et un militaire putschiste qui se découvre une vocation politique.

Ma conviction est que le politique doit prendre naturellement le leadership pour donner un sens à cette transition qui est entrain de devenir pire que le mal qu'elle était sensée soigner. Le grand commis doit servir fidèlement la République en veillant au fonctionnement normal de l'administration publique afin de restaurer la souveraineté et la crédibilité d'un État qui est aujourd'hui fort mal en point. Le militaire putschiste, lui, doit faire un choix. S'il veut s'engager en politique, il en a le droit mais à condition de démissionner de l'armée, comme le prescrit notre Constitution. Mais s'il veut continuer à servir la République en soldat, il doit " rentrer dans les rangs" et se soumettre dans les faits à l'autorité du politique. Ce n'est pas pour rien que l'armée s'appelle "la grande muette".

J'ai cependant une appréhension que les décisions des jours à venir sur le processus de mise en place et la composition du gouvernement vont confirmer ou infirmer. Le nouveau Premier Ministre de la transition a-t-il réellement pour mission la restauration de la souveraineté de l'Etat sur l'ensemble du territoire national et l'organisation d'élections transparentes, justes et acceptées ? Ou sera t-il un Cheval de Troie pour des politiciens en uniforme qui n'ont pas encore abattu toutes leurs cartes ?

La suite nous édifiera.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La mauvaise gouvernance est la cause première de l’insécurité généralisée et persisante dans les pays du Sahel

Discours de Monsieur Bakara DIALLO à son installation comme premier gouverneur de la Région de Gao[1] en 1961

Pourquoi et comment le Mali doit être régionalisé