Que dieu sauve le Mali (suite)

Le dépôt de ma candidature, suite à l'appel à la candidature lancé par mon Parti, semble avoir créé la surprise et même soulevé des interrogations dans certains milieux. Je veux apporter les précisions suivantes :

D'une part, que je ne suis candidat à l'élection présidentielle qu'à partir du moment où le Comité Exécutif et la Conférence Nationale me choisiront comme le candidat du Parti. Pour le moment je ne suis qu'un simple candidat à la candidature.

D'autre part, mon Parti, conformément à nos textes, a adressé un appel à candidature à toutes les militantes et à tous les militants qui s'estiment capable de prétendre à cette responsabilité suprême de notre pays. J'estime que mon parcours politique et professionnel, ma connaissance du pays et mon ouverture sur l'Afrique et le monde me permettent d'offrir mes service en toute humilité. Aujourd'hui, notre pays joue son existence en Afrique et dans le monde.

Enfin, comme j'ai eu déjà à le dire aux membres de la Commission de bon office, si le Comité Exécutif estime qu'un autre camarade est plus qualifié que moi pour la mission ; j'accepterais sa décision.

Commentaires

Sarr moustapha a dit…
Je trouve que vous êtes de loin le meilleur candidat de l'ADEMA. Mais j'ai l'impression que pour des raison que j'ignore, on vous craint. Alors qu'aujourd'hui vous paraissez plus vierge et plus honnêtes que toute la ribambelle de caciques décriés qui, n'ayant pas tiré leçon de tout ce que nous venons de vivre, cherchent encore à solliciter le suffrage des maliens.

Posts les plus consultés de ce blog

La mauvaise gouvernance est la cause première de l’insécurité généralisée et persisante dans les pays du Sahel

Discours de Monsieur Bakara DIALLO à son installation comme premier gouverneur de la Région de Gao[1] en 1961

Pourquoi et comment le Mali doit être régionalisé