La decentralisation, une strategie de remobilisation des capacites locales pour sortir de la crise

Dans notre continent, les constructions étatiques post coloniales ont presque toutes été faites sur le modèle administratif et politique centralisé, héritage du jacobinisme français.
A l'indépendance, dans l'ignorance des patrimoines institutionnels précoloniaux de leur peuple, les pays ont été organisés en état-nation fortement centralisé, seul capable, pensait-on à l'époque, de construire et de maintenir l'unité des nouvelles nations en construction.

Par crainte des tendances séparatistes, les nouvelles autorités ont répugné à reconnaître aux autorités coutumières de l'époque le moindre pouvoir propre dans la gestion des affaires locales. Ce modèle centralisateur est entré en conflit avec les traditions administratives décentralisées de la majorité des communautés en Afrique, mettant ainsi en difficulté et de façon durable "le pays réel" et "le pays légal".

La gestion centralisée des affaires publiques n'a pas favorisé la participation des populations aux choix politiques, institutionnels et économiques. Cette situation a fini par engendrer des frustrations dont les manifestations les plus courantes sont : l'incivisme, l'hostilité voire l'indifférence des populations et souvent des rébellions armées ou passives.

Les processus de démocratisation engagés dans la décennie 1990 ne sont pas le seul facteur qui fonde l'émergence des expériences actuelles de décentralisation dans le continent. Il est de plus en plus admis aujourd'hui que l'efficacité de la gestion publique peut s'accroître avec la mise en place et l'implication des pouvoirs locaux. Les institutions de proximité peuvent constituer un puissant relais pour promouvoir les initiatives locales et mobiliser les ressources humaines et financières disponibles à ce niveau.

Cependant, la reforme de décentralisation ne doit pas être réduite à une simple opération d'addition d'entités administratives locales aux entités administratives existantes, c'est coûteux et inefficace. La reforme implique donc un profond réaménagement du dispositif de gestion publique d'où la redéfinition des missions, de l'organisation, du fonctionnement et de la répartition des moyens financiers et humains.

La mise en oeuvre de la décentralisation doit être pensée comme un processus de longue durée. Les principes directeurs qui la guident doivent nécessairement émerger d'un dialogue national qui mobilise l'ensemble des acteurs sociaux et territoriaux. Pour avoir une chance d'atteindre les objectifs qui lui sont assignés, la reforme doit être mue par deux éléments que sont : a) une volonté politique lisible au plus haut niveau de l'appareil de l'Etat; pour éviter qu'elle ne s'embourbe dans les " marécages " des préalables à satisfaire et b) une approche inclusive dans le choix des orientations, des objectifs, et de la modalité de mise en œuvre. Aucune catégorie d'acteurs de la société ne doit être laissé en marge.

Les enjeux au plan institutionnel, posent la question du repositionnement de l'Etat central dans ses prérogatives face aux collectivités décentralisées dorénavant responsables en toute autonomie, sous reserve du respect des lois et règlements, des questions relevant de leurs compétences. Cette légitimation de l'Etat se traduit par : a) un élargissement de la base démocratique de l'exercice du pouvoir politique à travers la mise en place des autorités locales éluesl, et b) une restructuration de la gestion publique en vue de l'amélioration de la qualité de la dépense publique et aussi des prestations des services publics. La décentralisation va être ainsi l'occasion d'une restauration de la confiance entre les communautés et l'Etat, elle-même source de reconnaissance de son autorité.

Au plan économique, la décentralisation à travers la responsabilisation des acteurs locaux qu'elle implique, est une condition à la mobilisation des acteurs pour la dynamisation des économies locales. Elle permet aux populations d'avoir leurs "mots à dire" sur la conception des programmes locaux de développement dont les termes seront dès lors mieux adaptés à leurs besoins réels et aux ressources disponibles. Cette réappropriation devrait permettre une productivité largement accrue dans la gestion des ressources du milieu ainsi qu'une meilleure mise en valeur. Les institutions locales ett les opérateurs économiques concernés deviennent de ce fait directement responsables de leurs initiatives avec l'assistance des administrations centrales..

Au plan socioculturel, les nouvelles collectivités décentralisées sont autant d'espaces favorables à l'émergence de nouvelles initiatives et progressivement de nouvelles ressources humaines profondément ancrées dans la réalité du pays. Ce processus peut être à la base du développement d'une nouvelle citoyenneté dont l'éclosion sera facilitée par la cohérence qui naîtra du lien fait au niveau local entre les institutions démocratiques modernes et les institutions coutumièr es encore vivaces. Enfin, la reforme est l'occasion d'une répartition progressive des capacités nationales avec "un retour à la base" de compétences précédemment happées par le centre.

Le Mali, un pays dont la diversité est une des caractéristiques les plus visibles, doit s'appuyer sur cet atout pour sortir de la crise. Les acquis de plus d'une décennies de mise en oeuvre sont aujourd'hui plus que suffisants pour sortir des interrogations et s'engager résolument dans la régionalisation qui est la 2ème étape après la communalisation.. La paix, la stabilité et le développement du pays sont à ce prix. Il reste à ouvrir le débat à l'ensemble des acteurs pour que toutes les maliennes et tous les maliens participent à la conception et à la mise en oeuvre. Pour guider la conduite de cette seconde étape du réveil du pays profond, le Premier Ministre est le meilleur ministre de la décentralisation et l'implication personnel et le leadership du Président de la République sont indispensables.


Commentaires

Moussa DOUMBIA a dit…
Bonjour professeur, je suis étudiant malien en France. J'étudie la Géopolitique et m'intéresse particulièrement à la question de décentralisation comme vecteur indispensable au développement local donc national. Je pars au Mali dans quelques mois pour mener une étude sur la décentralisation malienne. Malgré que je vous sais chargé, de plus avec le nouveau portefeuille ministériel et l'état de la situation, j'imagine bien l’ampleur du travail. Cependant je souhaite, vous rencontrer un temps si peu soit-il pour échanger sur la thématique. Bien à vous.

Posts les plus consultés de ce blog

La mauvaise gouvernance est la cause première de l’insécurité généralisée et persisante dans les pays du Sahel

Discours de Monsieur Bakara DIALLO à son installation comme premier gouverneur de la Région de Gao[1] en 1961

Pourquoi et comment le Mali doit être régionalisé