Cette démocratie n'est pas pour nous

La définition admise de la démocratie, selon la célèbre formule d'Abraham Lincoln est : le gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple. Cette définition n'a sens que si elle est adossée à une somme de valeurs éthiques et morales qui lui donne toute sa consistance.

Le tapage médiatique mondial organisé à l'occasion de l'élection présidentielle des États Unis d'Amérique (USA) nous a obligé de suivre les péripéties de la longue campagne électorale de ce modèle de démocratie présenté au monde comme une référence.

N'étant pas un citoyen américain, je n'ai pas à me prononcer sur le choix final du peuple américain qui tient certainement de leurs réalités sociales et culturelles dont je ne maitrise pas toutes les subtilités. 

Cependant le démocrate malien que je suis tiens à dire que le spectacle auquel j'ai assisté pendant ces longues semaines de campagne électorale américaine ne correspond pas à ce que je souhaite comme modèle de démocratie pour mon pays.

L'insulte, les coups bas, le mensonge, la manipulation de l'opinion et la confrontation des personnes en lieu et place de la confrontation des projets sont entre autres les aspects essentiels qui ont émaillé la campagne. Tous les coups sont permis, pourvu que l'adversaire soit détruit. 

Éduqué dans le respect de soi et de l'autre, le respect de sa parole et de ses engagements, je ne pense pas que ce modèle de démocratie ayant comme règle l'humiliation de mon adversaire, par tous les moyens, soit la voie d'un quelconque progrès pour mon pays.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La mauvaise gouvernance est la cause première de l’insécurité généralisée et persisante dans les pays du Sahel

Discours de Monsieur Bakara DIALLO à son installation comme premier gouverneur de la Région de Gao[1] en 1961

Pourquoi et comment le Mali doit être régionalisé