Il faut un traitement plus politique de l'Accord issu du processus d'Alger


L’accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger, dont le processus de signature par le gouvernement, les mouvements armes et la médiation internationale a été finalisé le 20 juin 2015, a ouvert une vraie opportunité pour le retour de la paix et de la stabilité dans notre pays. Une stabilité indispensable pour que le pays se consacre à son développement. Cet accord nous offre l’opportunité de sortir de la confrontation armée pour aller progressivement vers un dialogue politique, qui seul permet de construire l’avenir de la nation malienne dans la paix et la sérénité.

Mais cet accord, signé par tous les protagonistes depuis près d’un an et qui reste l’acquis majeur pour l’unité et paix dans notre pays depuis l’Accord de Ouagadougou, est confronté à des grosses difficultés de mise en oeuvre. Il s’installe dans l’opinion nationale et internationale que le processus de dialogue pour la paix et la réconciliation est dans une impasse, pire la fenêtre d’opportunité ouverte grâce à la signature de l’Accord se referme. Au Nord, les partisans de la paix s’impatientent et les ennemis de la paix s’agitent. La communauté africaine et internationale s’interroge sur la volonté des maliens de faire la paix. Il urge donc de soutenir les évolutions techniques qui sont en cours par des initiatives politiques qui enlèveront tous les doutes sur l’engagement des autorités nationales pour la paix.

L’artisan premier et incontournable de la mise en oeuvre de L’ACCORD POLITIQUE issu du processus d’Alger est le Président de la République, Chef de l’Etat. C’est lui qui doit avoir la haute main sur cette mise en oeuvre politique qu’il ne doit et ne peut, en aucun cas, déléguer au gouvernement. L’accord est avant tout un accord politique et il doit être traité comme tel. Le Président de République est le seul dont la légitimité permet d’engager la nation malienne, toutes tendances confondues, dans la voie de la construction du Mali post-crise avec les reformes qui s’imposent.

Il est donc urgent de conforter la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation dans notre pays par les initiatives politiques suivantes :

1.     Le Président de la République doit reprendre sous son autorité directe le pilotage politique de la mise en œuvre de l’accord en créant une structure de haut niveau pour ce faire. Cette structure, dotée d’un mandat claire et précis sur une durée définie et des moyens adéquats, doit avoir la possibilité de prendre des initiatives politiques fortes en direction de toutes les composantes politiques et sociales de notre pays et la communauté internationale.
2.     Le Président de la République doit instruire au Premier Ministre la convocation d’une session commune (cf article 105 de la Constitution) de l’Assemblée Nationale (symbole de l’unité de la nation) et du Haut Conseil des Collectivités (symbole de la diversité de la nation) afin de statuer sur l’Accord pour la paix et la réconciliation et le valider.
3.  Le Président de la République doit prendre l’initiative de consulter et d’échanger avec la Cour Constitutionnelle et la Cour Suprême sur l’Accord pour la paix et la réconciliation et ses modalités de mise en oeuvre.
4.     Le Président de la République doit demander une session extraordinaire du Conseil Economique, Social et Culturel sur l’Accord pour la paix et la réconciliation afin des mobiliser tous les acteurs économiques et sociaux autour de l’Accord.
5.   Le Président de la République doit inviter et écouter les interrogations et les suggestions de tous les grands corps sociaux et politiques de notre pays sur les enjeux de la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation.
6.     Enfin, le Président de la République doit demander au Premier Ministre de constituer et d’envoyer dans chaque région du pays et à l’extérieur, pour la diaspora, des équipes d’explication et de recueil de suggestions sur la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation. Chaque équipe sera constituée d’un ministre et d’experts techniques.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La mauvaise gouvernance est la cause première de l’insécurité généralisée et persisante dans les pays du Sahel

Discours de Monsieur Bakara DIALLO à son installation comme premier gouverneur de la Région de Gao[1] en 1961

Pourquoi et comment le Mali doit être régionalisé