Les réminiscences d’un confiné

Thierno Bocar répond à Amadou Hampaté Ba qui l’interroge sur la responsabilité des chefs : « La gravité de toute faute commise par un chef temporel ou religieux est proportionnelle à la superficie de son pays. L'efficacité en est multipliée par la densité des habitants de cette chefferie ou des adeptes de cette obédience,multipliée encore par le poids de la faute et augmentée de l'exagération des conteurs ambulants. Le tout est majoré du volumineux poids de la crédulité des masses. »
Vie et enseignement de Thierno Bocar (page 178) Éditions Seuil 1980

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les dirigeants africains doivent apprendre à négocier avec leur peuple....

Au Mali, pourquoi la multiplication des ruptures n’a pas permis les changements souhaités ?

Des élections précipitées ne mèneront pas à une refondation de l’Etat