Il faut oser penser le changement

Je suis convaincu de beaucoup de maliennes et de maliens ont aujourd’hui l'intime conviction que ce sont les choix politiques, institutionnels, économiques, sociaux et culturels, dans lesquels notre pays s'est installé qui, sont la cause principale de l’impasse faite de pauvreté, d'insécurité, de dépendance et d'humiliation de toutes sortes. Mais pour diverses raisons, imaginer et formuler collectivement une alternative pour sauver le pays nous semblent au dessus de nos capacités.

Les éléments qui caractérisent cette impasse sont évidents :

§  un modèle de démocratie qui ne mobilise pas et qui peine à produire des institutions stables et des dirigeants de porteurs de vertus éthiques et morales,
§  un  modèle institutionnel, hérité du colonisateur et que nous  entretenons en dépit de son incapacité à inclure toutes les diversités humaines et territoriales du pays,
§  un modèle d'administration publique paternaliste qui appauvrit les territoires et les communautés,
§  un modèle économique qui ne produit pas de la valeur ajoutée nationale et ne crée pas d'emploi pour une jeunesse de plus en plus nombreuse,
§  un modèle d'éducation qui ne forme pas les ressources humaines capables de relever les défis du développement,
§  un modèle culturel qui réduit notre riche patrimoine en un vulgaire folklore destiné à la consommation extérieure en n'enrichissant que les courtiers culturels,
§  un modèle social qui se réduisant au  mimétisme et au culte de l'apparence au point de perdre toutes ses vertus.

Pourtant des alternatives à tous ces modèles, qui entravent la marche de notre pays vers la paix, la stabilité et le développement, existent. Elles sont même à notre portée si nous osons analyser et déconstruire ces modèles dans lesquelles nous nous sommes installés volontairement ou par contrainte depuis plusieurs décennies. La dépendance, l'impuissance, la fatalité et l'incertitude du lendemain ne sont pas une fatalité. La crise peut être une opportunité pour le changement. Reprenons l’initiative en osant penser et mettre en chantier notre futur.

Ousmane SY
Commandeur de l'Ordre National

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La mauvaise gouvernance est la cause première de l’insécurité généralisée et persisante dans les pays du Sahel

Discours de Monsieur Bakara DIALLO à son installation comme premier gouverneur de la Région de Gao[1] en 1961

Pourquoi et comment le Mali doit être régionalisé